Témoignages

Vous êtes étudiantes ou étudiants autochtones ou vous êtes membres du personnel. Vous avez envie de partager votre expérience avec d’autres. Je vous invite à écrire dans la section commentaire de cette page.

Merci!

*****************************************************************************

TÉMOIGNAGES

Kuei Myriam,

Hier, j’ai été très occupée toute la journée. Un lundi chargé.

Je voulais ajouter que j’ai vécu une belle expérience avec ces professeurs. Ils étaient attentifs, sympathiques et étaient désireux d’apprendre notre belle langue malgré que ce soit difficile.

Je te remercie également pour ton soutien, pour ton désir de rapprochement entre nos peuples.

Bonne journée et merci une fois de plus.

Louise Canapé, formatrice en langue innue

*****************************************************************************

J’ai rencontré quelques défis durant mes études collégiales. Le temps d’adaptation dans un nouveau milieu scolaire, le stress, la procrastination, la difficulté à gérer mon temps, l’hésitation sur le métier que je voulais faire et une certaine crainte du jugement des autres par rapport à ma condition et à mon ethnie.

Les Services adaptés ont mis en place des mesures d’aide adaptées à ma condition et m’ont permis de mieux gérer mon temps et de connaître des moyens efficaces pour réussir.

Le service d’orientation du cégep et des enseignants m’ont aidé dans mes décisions quand il fût le temps de choisir pour mon avenir.

En ayant acquis une certaine maturité et la capacité de socialiser, j’ai vaincu mes craintes en m’ouvrant plus aux autres.

Malgré le nombre d’années passées dans les salles de classes, je n’ai jamais renoncé à l’idée de finir mes études. Après l’université, je tiens à revenir dans ma région pour exercer ma profession et aider ma communauté.

 

Derek Rock Vollant, diplômé en Sciences humaines et psychologie, juin 2018

*****************************************************************************

Mon parcours au cégep s’est fait en deux volets. Celui avant la naissance de mon fils et celui après sa naissance. J’ai cru bon de retourner au cégep pour compléter mon DEC parce que je voulais avoir une formation et un bon emploi pour assurer un meilleur avenir à ma petite famille. Mon fils a donné un sens à mes études et il est une belle source de motivation pour moi.

J’amorcerai mes études universitaires en histoire à l’automne 2018.

 

Anaïs Vachon, étudiante en Sciences humaines et psychologie, juin 2018

*****************************************************************************

Au début, j’ai fréquenté le cégep sans trop savoir pourquoi. Après quelques sessions difficiles, j’ai arrêté l’école. Durant cette période, mon entourage constatait que j’avais de l’intérêt pour l’informatique. C’est vrai! C’est ce qui m’a incité à faire un DEP dans ce domaine. Étant maintenant convaincu de ce que j’aimerais faire, c’est ma blonde qui m’a fait l’autre déclic en me disant: « Pourquoi ne retournes-tu pas au cégep pour compléter ton DEC? »

Cette fois-ci, mon retour au cégep prenait tout son sens. J’étais prêt à mettre des efforts pour réussir mes cours, notamment mes cours de français et de philosophie. Mes efforts ont été récompensés par des réussites scolaires et j’en suis très fier!

Mon conseil : savoir ce qu’on veut faire dans la vie donne un sens à nos études et à l’effort à fournir pour atteindre notre objectif.

À l’automne prochain, j’amorcerai mes études universitaires en informatique à l’Université Laval.

 

Samuel Pilot, diplômé en Sciences humaines et administratives, juin 2018.

*****************************************************************************

Aller voir ses professeurs si l’on éprouve des difficultés. Y aller même si on est gêné.  Apprendre à surmonter sa gêne plutôt que de rester dans l’incompréhension.

Savoir gérer son temps.  Planifier son travail par étapes et commencer tôt.  Éviter « l’indian time ».

Persévérer même si le cours est en voie d’échec.  Ce sera plus facile la deuxième fois. Voir cela comme des connaissances acquises et prioriser ce qu’on n’a pas compris la deuxième fois qu’on reprend le cours.

Se concentrer et mettre plus d’effort dans les cours que l’on trouve difficiles ou qu’on ne comprend pas plutôt que de porter son attention uniquement sur les cours qu’on aime.

Consacrer du temps d’étude, devoirs et révision à la maison. Avoir un ordinateur à la maison n’est pas obligatoire, car il y en a au cégep, mais je trouve que c’est tout de même un avantage d’en avoir un à la maison.

SONY DSC

Kimberley Riverin-Vollant, diplômée en sciences humaines et psychologie, juin 2017.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s